Travailleurs immigrés criminalisés

Le jeudi 2 avril, Oumar Dansokho, un Guinéen de 25 ans, s’est immolé par le feu dans les toilettes de l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile. Le même jour, Benamar Lamri, un Marocain de 42 ans, a été retrouvé pendu au centre fermé de Merksplas. Chaque année, des immigrés privés de droit de séjour se suicident ou meurent d’overdose dans les centres fermés. C’est le résultat d’une politique qui s’en prend aux travailleurs les plus exploités, ceux qui fuient la misère et la guerre, et que l’État prive de papiers pour le plus grand bonheur des patrons du bâtiment ou de l’Horeca.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.