A la Stib, les permanents syndicaux traînent les pieds

Au niveau national, l’appel des syndicats à la grève du 14 décembre n’a pas été relayé à la STIB. Les permanents ont expliqué que les travailleurs ne seraient pas couverts et que s’ils voulaient participer à l’action devant la FEB, cela serait sur leur temps libre. C’est honteux !
Les directions syndicales ont justifié leur passivité en expliquant dans un communiqué qu’il fallait garantir le transports des manifestants. Les grèves de la STIB n’ont jamais empêché les manifestants de se déplacer.
A la CGSP, les affiliés n’ont même pas été consultés. Après la CCT sur les heures supplémentaires pour laquelle les permanents s’étaient déjà passés de l’avis des délégués, voici maintenant qu’ils décident encore tous seuls de l’avenir de nos luttes.
Il faut leur demander des comptes. La démocratie syndicale, il n’y a que les travailleurs pour l’imposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.