Laissés pour compte

Aujourd’hui, pour la seule partie francophone du pays, il y aurait au moins 37 000 personnes qui sont dans une situation de grande dépendance à cause de leur handicap. Or, il n’y a que 10 000 places d’accueil disponibles pour les prendre en charge ! Le pouvoir politique se moque bien de pallier ce manque. Pire, il ne cherche même pas à rendre compte du problème : il n’existe aucune statistique officielle sur le sujet. C’est le GAMP, un groupe d’action tout spécialement créé pour dénoncer le manque de places pour handicapés, qui, avec ses faibles moyens, a produit cette estimation.
Dans notre société, les personnes les plus faibles sont les premières à être touchées par la précarité : personnes âgées, enfants, handicapés, etc. Ce qu’il faut, c’est puiser dans les poches des riches pour créer des services publics de qualité et offrir à tous la possibilité de vivre décemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.