Bulletins

La grosse embrouille.

Ce qu’on avait demandé en ne reprenant pas le travail en mai, c’est une cabine isolée, parce que c’est le meilleur moyen de se protéger et que nous n’aurions plus été obligés de porter un masque. (Pendant 8h, on sait tous que c’est la galère). 

La direction ne nous oblige plus à le porter (merci, c’est trop gentil) mais elle n’a pas donné la cabine isolée ! 

Meuh Meuh s’est pris pour Maggie de Blok : « Les masques ça ne sert à rien, d’ailleurs c’est un expert qui le dit ». Et s’il n’y a pas besoin de masque, il n’y a pas besoin de cabine, pas vrai ? 

Résultat des discussions direction/permanents : 0 pour les chauffeurs. 

La sécurité sanitaire est insuffisante

Il y a encore entre 70 et 75% d’absents chez les mécanos de Haren. Et c’est bien normal ! Les conditions de travail sont encore loin d’être adaptées à ce que la crise sanitaire nécessite. Les masques sont donnés au compte-gouttes (essentiellement pour le dépannage sur le réseau), les premiers kits de protection viennent seulement d’arriver et on travaille toujours dans un endroit confiné sur des bus qui sont potentiellement contaminés. Ils sont peut-être désinfectés mais il nous faut des protections adaptée pour travailler dessus.

Malgré ça, il y a encore 25% de mécaniciens au dépôt. Faut pas chercher midi à quatorze heures, ce sont les plus jeunes qui craignent pour leur place.

Il est intolérable qu’on prenne ainsi des risques au travail ! Les surveillants et autres VP sont bien planqués eux. Nous, on est en première ligne et on doit être protégés !

Stib: Les travailleurs âgés menacés

La direction a refusé de dispenser de service les tra-vailleurs de plus de 55 ans. Ils sont pourtant beaucoup plus à risque face au coronavirus.
La direction leur suggère hypocritement de se mettre en maladie. Évidemment, cela lui coûte moins cher. C’est écœurant de penser qu’elle essaie de faire des économies dans une telle situation ! Les salariés ne sont pas responsables de l’épidémie, leur salaire doit être ga-ranti.