Archives pour la catégorie Actualité

Les travailleurs d’Amazon imposent leur syndicat

Début avril, les travailleurs du grand dépôt “JFK8” ont réussi à faire reconnaître le premier syndicat d’Amazon aux États-Unis. Créée il y a un an par un petit groupe de travailleurs indépendamment des grandes centrales syndicales, l’Amazon Labor Union a gagné la guerre que la direction lui menait. Intimidations, chantage et campagne de propagande antisyndicale financée à coups de millions n’ont pas enrayé leur détermination à implanter le syndicat dans le dépôt. Cette victoire est un encouragement pour nous tous : même la plus grande multinationale ne peut rien contre des travailleurs déterminés.

Kinder… surprise ?

Depuis les premiers cas d’infection à la salmonelle découverts au début du mois d’avril, qui ont permis de faire le lien avec Kinder, on compte aujourd’hui 150 malades. C’est à l’usine Ferrero d’Arlon que la bactérie s’est développée, et cela au mois de décembre de l’année dernière ! La direction était au courant. Elle avait décidé alors de procéder à « des mesures d’hygiène ». Mieux vaut tard que jamais ! Mais surtout, elle a gardé cette information pour elle et n’a rappelé presque aucun produit. Il valait mieux ne pas gêner les affaires puisque la fête de Pâques approchait. Aucune surprise pour elle donc, quand tout le monde apprenait que ses Kinder avaient envoyé des enfants à l’hôpital. C’est tout bonnement criminel !

Bas salaires, travailleurs en colère

Nos salaires de misère sont dévorés par l’inflation mais les patrons s’en moquent. Les ouvriers de la société AGC Glass à Moustier sont en grève depuis le 23 mars. Ils réclament le paiement de toutes les primes promises et impayées depuis 2018 ! Le personnel des magasins Krëfel se prépare aussi à cesser le travail. La direction n’a pas indexé certains salaires, refuse de payer les heures supplémentaires et veut supprimer les primes de vente. N’en déplaisent aux patrons, les travailleurs ne sont pas des paillassons sur lesquels ils peuvent s’essuyer les pieds !

Bpost n’aide pas les facteurs

La poste, pour soi-disant aider ses travailleurs face à l’augmentation du cout de la vie va proposer un prêt de 500€ sans intérêts ! C’est ce qui s’appelle se moquer du monde. On va les rembourser comment ces 500€ ? Rien d’étonnant si d’autres patrons se sont montrés intéressés par l’arnaque. Le syndicat socialiste lui se désole que la mesure ne soit pas structurelle. Ah bon ? Et avec trois prêts de 500€, on rembourse comment ? C’est ce qui s’appelle se moquer du monde. 

La guerre, c’est bon pour les marchands de canons

Fin février, quelques jours après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, De Croo annonçait 10 milliards de plus pour la défense. En voilà un qui a bien choisi son moment ! Une semaine plus tard, il rajoutait encore un milliard. Et sur le coup, le libéral n’est pas tout seul. Même écolo est partant. Avec ces mesures, le budget de la défense augmentera de 10%. Il va sans dire que ce ne sera le cas ni pour celui de la santé, ni pour celui de l’enseignement. Avec cette guerre, le monde entier va accroitre sa militarisation et se transformer en poudrière. Et bien sûr, ce sont les travailleurs qui vont payer la note.

Écofin c’est dans la poche

La justice est en souffrance, sauf quand il s’agit des voleurs de pommes ! En revanche, les voleurs en col blancs, ceux qui fraudent pour conserver leur fortune ou augmenter leur magot, ne sont pas inquiétés. Le système sait reconnaitre les siens. Les juges financiers se comptent sur les doigts de la main. Alors, évidemment, les blanchisseurs d’argent sale passent entre les mailles du filet. Une enquête sur cinq est mise au frigo, aux oubliettes, à la poubelle, circulez, il n’y a rien à voir !Il est vrai qu’entre ceux qui fraudent et ceux qui ne payent pas d’impôts parce qu’ils ont de bons avocats, il n’y a pas beaucoup de différence… 

La privatisation de la poste leur a ouvert l’appétit !

En tout cas, il y en a un qui lui n’est pas passé sous le nez des juges d’Écofin, c’est le patron de l’entreprise PostNL. Il s’est retrouvé sous les barreaux pour trafic d’être humain et direction d’une organisation criminelle. Ceci-dit, ce ne serait pas le premier, en Belgique, en Italie ou ailleurs, qui serait finalement acquitté à cause d’un dépassement de délai. C’est très très fréquent pour ces gens-là. 

Deux poids deux mesures

L’Union européenne a heureusement ouvert ses portes aux réfugiés ukrainiens. Mais c’est deux poids et deux mesures car pour la Syrie ou l’Afghanistan, il n’en a évidemment pas été question… Et même pour l’Ukraine tous les réfugiés ne sont pas égaux : les étudiants africains ont beaucoup de difficultés à quitter le pays. Et puis il y a les différences de chiffres qui sont vraiment flagrantes. En Angleterre par exemple 150 000 personnes se sont inscrites pour accueillir des réfugiés ukrainiens. Le gouvernement Johnson lui n’a encore accordé que 31 000 visas. Et évidemment il va sans dire que ceux qui fuient aujourd’hui l’Ukraine ce sont les travailleurs et pas les oligarques.

Les grands gagnants de la lutte des classes

Décidément, 2021 aura battu des records pour les capitalistes. C’est le cas des actionnaires de Blackstone, un immense fonds d’investissement américain qui s’enrichit en rachetant des entreprises dont elle maximise le profit en accroissant l’exploitation, puis qu’elle revend aux plus offrants. Cette firme, qui gère 900 milliards de dollars, vient de remercier son directeur avec une enveloppe d’un milliard ! Cet argent ne tombe pas du ciel, il est le fruit de notre exploitation. Pendant ce temps, des millions de travailleurs s’enfoncent dans la pauvreté, sans plus pouvoir payer de quoi se nourrir ou se chauffer…

Les belles affaires des va-t-en-guerre

Les dépenses militaires dans le monde ne cessent d’augmenter. En 2020, elles se sont accrues de 4 % pour atteindre 1830 milliards de dollars. Et avec l’agression de l’Ukraine par la Russie, c’est au tour de l’Allemagne de rejoindre cette course aux armements avec l’annonce d’un fonds exceptionnel de 100 milliards d’euros. Les marchands d’armes en salivent déjà en pensant aux profits qu’ils pourront en tirer. Les travailleurs n’auront rien à y gagner, sinon de servir de chair à canon des guerres de demain.