Accueil

Le patronat attaque le monde du travail

On se rappelle de la fermeture de Renault Vilvoorde en 1997, de la lutte des ouvriers de Clabecq pour sauver leur usine la même année et, plus récemment, de la fermeture de Ford Genk, des restructurations d’ArcelorMittal et de Caterpillar. Cela fait des années que le patronat est à l’offensive contre le monde du travail, restructurant à tout-va pour produire plus avec moins d’ouvriers et pour faire baisser les salaires.
La crise de 2008 n’a fait qu’aggraver les choses. Certes, certains capitalistes y ont laissé des plumes, mais les plus gros en ont profité pour grossir encore plus, au point que les 85 plus riches de la planète possèdent à eux seuls autant que les 3,5 milliards les plus pauvres ! Mais surtout, le patronat a trouvé dans la crise un prétexte supplémentaire pour faire accepter encore plus de sacrifices aux travailleurs, pour leur faire accepter des milliers de licenciements pour « sauver l’entreprise ». Mais ces sacrifices ne servent en réalité qu’à protéger les profits ! Et les capitalistes en veulent toujours plus. De concession en concession, le patronat est de plus en plus arrogant et exigeant et le monde du travail plonge dans la misère.

Face à ces attaques, les gouvernements ne sont jamais du côté des travailleurs, bien au contraire ! Durant la crise, les États ont volé au secours des banquiers qui avaient perdu à la loterie de la spéculation boursière. Cela a coûté des dizaines de milliards d’euros qui ont à leur tour nourri une dette publique que l’on nous demande maintenant de rembourser.
Et comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement ne cesse d’octroyer des aides aux entreprises, sous la forme de réductions de charges ou « d’intérêts notionnels » qui permettent aux plus grandes entreprises de ne quasiment pas payer d’impôts.

Ce sont les actionnaires qui coûtent cher, pas les travailleurs

Patrons et politiciens nous assènent à longueur d’années que les travailleurs coûtent trop cher. Ils ne cessent de comparer les salaires belges avec ceux des autres pays pour justifier des blocages salariaux et les réductions de charges patronales. Or ce sont les travailleurs qui créent le revenu des entreprises par leur travail ; les actionnaires, eux, ne servent à rien mais ils ponctionnent jusqu’à 30% des revenus ! Ce sont eux qui coûtent trop cher !

Le gouvernement du côté des patrons

Toutes ces aides n’ont jamais servi à créer le moindre emploi. Elles aggravent la dette du pays et en font peser tout le poids sur les épaules des classes populaires. La dette permet de justifier une politique d’austérité d’une rigueur encore jamais vue, bien pire que la « loi unique » de 1961. Le personnel des services publics n’est quasiment plus remplacé, les remboursements de soins de santé ont été rognés, les allocations de chômages revues à la baisse, etc. A la poste, dans les hôpitaux, dans les écoles, dans les communes, les moyens manquent et les salariés sont sous une pression permanente.

Il est plus que temps que le monde du travail mette en avant ses propres revendications et cesse de se sacrifier pour sauver un système qui ne fonctionne pas et ne peut pas fonctionner.

1 thought on “Accueil

  1. Bonjour,
    Je voudrais réagir en tant que chauffeur de bus à la STIB.
    Ce vendredi 28 mars 2014,permanence syndicale à Delta.
    Nous assistons comme d’habitude au grand show de Mr Karl Eric.
    Mr Karl Eric est omniprésent lors des permanence syndicales,il est assis
    aux tables des délégués,discute voitures,vetements,montres de luxes etc…
    Il accompagne meme les délégué quand ils vont fumer leurs cigarettes.
    Nous n’avons plus un seul instant pour discuter avec nos délégué.
    Il prend quand meme le temps d’engueuler un chauffeur qui à eu le malheur de garer sa voiture dans le parking bus,le temps de récupérer ces cheques repas.
    Alors que lui et son accolite de Mr Piron peuvent se le permettre.
    ATTENTION A CE QUI SUIT:
    Il se fait accompagner par un délégué CGSLB(pour le conseiller sur l’achat de sa nouvelle voiture) pour visiter le showroom de voitures qui se trouve en face du dépôt et cela pendant ces heures de travail.Nous étions tous choqué de les voire disparaitre pendant une bonne heure.
    Lors de la dernière réunion concernant”Harmony”,un délégué CSC insulte un autre délégué CGSP,le traite de tous les noms,devant Mr Karl Eric qui ne bronche pas et qui n’a pour seule réaction que de sourire.Le problème lors de cette réunion est que chaque délégué voulant obtenir des miettes pour leurs affiliés,au lieu de remettre en cause ce foutu plan “Harmony”,qui pourri l”existance de la majorité des chauffeurs.
    J’éspere que quelqu’un me lira et pourra publier le malaise qui regne en ce moment à Delta.
    En tous cas,merci de donner de votre temps à notre cause.Nous sommes plus informé par vous que par nos propre délégué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.