L’État au service des riches

Le jour même de la manifestation nationale qui a rassemblé 120000 travailleurs au centre de Bruxelles contre le gouvernement et sa politique d’austérité, la presse révélait une évasion fiscale de plusieurs centaines de milliards d’euros via le Luxembourg. En Belgique, des grandes fortunes comme la famille de Spoelberch du premier brasseur mondial AB Inbev ou Albert Frère du Groupe Bruxelles Lambert, mais aussi des sociétés comme Dexia (avant l’ère Belfius) ou Belgacom, ont évité de payer des milliards d’euros de taxes. Or, ces montages fiscaux ont reçu l’accord discret de la commission de ruling de l’administration belge des impôts pendant que la TVA n’a cessé d’augmenter pour les travailleurs. Et comme si cela ne suffisait pas, le patronat va recevoir 3 à 4 milliards d’euros en cadeau sous forme de baisse des impôts sur les entreprises et de réduction des charges sociales pendant que les salariés vont perdre des centaines d’euros par le saut d’index et la hausse des tarifs dans les services publiques. L’État est une énorme pompe à fric qui vide les poches des travailleurs pour remplir les portefeuilles des actionnaires qui spéculent à la bourse. Pour utiliser la richesse produite par le travail dans l’intérêt de la collectivité, il faudra que les travailleurs s’érigent en un pouvoir capable d’exproprier la bourgeoisie parasite et de supprimer son État!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.