La loi et le pouvoir

La revendication du « référendum d’initiative citoyenne » est de plus en plus populaire parmi les gilets jaunes. On peut comprendre que l’idée d’une démocratie plus directe soit attrayante face au mépris affiché par les gouvernements. Mais cela reste une illusion car le capitalisme et sa profonde injustice sociale ne sont pas le résultat de mauvaises lois mais du choix du profit fait par les capitalistes. La pauvreté, le chômage ne sont pas le résultat de votes mais des crises économiques créées par le capitalisme.
Un droit de vote n’a jamais mis fin à l’exploitation.
Pour imposer au patronat d’augmenter les salaires, il ne suffira pas de voter mais il faudra des luttes collectives dans les entreprises et dans la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.