Éthique en toc

Non contents d’empoisonner la population avec son Round-Up, Monsanto a envoyé ses espions pour ficher les « opposants », journalistes, politiciens et scientifiques qui ont contribué à l’interdiction de ce produit à base de Glyphosate cancérigène. La maison mère, Bayer, s’est excusée et a juré la main sur le cœur que de telles pratiques étaient « contraires à son éthique ». Il faut croire que l’éthique des patrons est soluble dans le profit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.