Les malades de longue durée n’ont pas à en baver

Le ministre Vandenbroucke veut remettre au boulot les malades de longue durée. Des sanctions sont prévues en cas de refus. La remise au travail de 4500 d’entre eux rapporterait 25 millions par an. C’est une goutte d’eau à côté des milliards planqués dans les paradis fiscaux. Mais voilà, entre taxer les riches et s’attaquer aux travailleurs malades, le gouvernement n’a pas hésité. Les malades de longue durée n’ont pas à payer pour la cupidité des riches évadés.       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.