Labos véreux, profits merveilleux

Une enquête vient de révéler comment les labos de biologie clinique gonflent artificiellement leurs factures aux dépens des patients. Si les prestataires conventionnés ne sont pas autorisés à réclamer des suppléments d’honoraires, ceux-ci contournent habituellement cette interdiction en facturant leurs analyses au nom de prestataires non conventionnés actifs dans le même labo. Ces suppléments, qui atteignent autour des 8 millions d’euros par an, permettent ainsi de remplir un peu plus encore les poches déjà bien fournies de leurs heureux actionnaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.