Archives pour la catégorie International

Au Kazakhstan, une tragédie prévisible

Le 28 octobre, 45 mineurs sont morts dans une mine de charbon kazakhe appartenant au géant mondial de l’acier ArcelorMittal. C’était le deuxième accident mortel en deux mois sur le site d’un groupe réputé pour sa cupidité et son mépris des normes de sécurité et environnementales les plus élémentaires. Face au tollé suscité par une catastrophe aussi meurtrière que prévisible, le gouvernement du Kazakhstan s’est empressé d’annoncer la nationalisation de la filiale locale de ce trust criminel qui se consolera avec une belle indemnité de 500 millions d’euros !

Contre les patrons de Ford, General Motors et Stellantis, la grève a payé !

Aux États-Unis, des dizaines de milliers d’ouvriers de la construction automobile se sont mobilisés lors d’une grève qui a duré plus de 40 jours. Ils ont obtenu des augmentations de salaires pour les années à venir, et la diminution dans le temps des inégalités entre les nouveaux travailleurs et les plus anciens. Cette mobilisation, même si elle est restée partielle et très encadrée par le syndicat, donne un aperçu de la force que peut représenter la classe ouvrière, aux États-Unis comme ailleurs.

En Palestine, une impasse sanglante

Depuis les attentats du Hamas du 7 octobre, Israël a déclenché une tempête de feu sur la bande de Gaza. Les dernières estimations portent à près de 9000 le nombre de morts parmi la population civile, mais il y en aura probablement bien plus. Cette vengeance aveugle prend pour cible une population déjà éprouvée par des années de survie dans ce que l’on peut appeler une prison à ciel ouvert. Comment appeler cela autrement que du terrorisme ? Mais il s’agit d’un terrorisme d’État et surtout d’un État allié aux grands pays impérialistes qui règnent en sous-main dans la région, en premier lieu les États-Unis. Ceux-ci et leurs alliés européens se contentent de demander hypocritement et avec une fausse fermeté à l’État israélien de faire preuve de mesure et d’accepter un cessez-le-feu.
En réalité, ce sont eux qui ont semé les graines de la situation actuelle en soutenant les gouvernements israéliens successifs dans leur politique de colonisation et de ségrégation vis-à-vis des Palestiniens. Le désespoir dans lequel les Palestiniens ont été maintenus par cette politique a nourri l’influence du Hamas qui se présentait comme la seule organisation qui combattait effectivement l’oppression, à l’opposé du Fatah qui avait troqué la kalashnikov contre le costume cravate lorsque l’Autorité Palestinienne a été créée par les accords d’Oslo en 1993.
Comment y voir clair quand le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, que ce soient les juifs ou les arabes(,) sert de prétexte à priver d’autres peuples de ce même droit ?
Le piège dans lequel les peuples du Moyen-Orient sont enfermés est celui du nationalisme, cette idéologie qui voudrait que nous nous sentions liés par les liens d’une nation issue d’ancêtres communs, d’une culture commune ou d’une religion commune. Le nationalisme est ce qui permet aux capitalistes de jeter des peuples les uns contre les autres dans des guerres fratricides où des travailleurs tuent d’autres travailleurs, tandis qu’eux, les capitalistes, en retirent les bénéfices en vendant des armes et en étendant leurs zones d’influence. Dans ces guerres, la nation ou la religion ne servent que de prétexte. Cette union contre nature des travailleurs et des patrons derrière le drapeau national, permet à ces derniers de cacher la lutte des classes.
L’État hébreu s’est posé en défenseur des juifs à la suite de la Seconde Guerre mondiale. En réalité, il n’a défendu que les intérêts des impérialistes américains qui avaient besoin d’une tête de pont dans la région. Et Israël a fidèlement servit de gendarme dans tous les conflits régionaux, face à l’Iran ou la Syrie. Mais il ne défend pas les Israéliens, il les maintient dans une impasse sanglante.
Réciproquement, l’OLP – l’Organisation de Libération de la Palestine, dont le Fatah fait partie – a prétendu défendre la population palestinienne contre la colonisation. En réalité, cette organisation n’a défendu que le droit des bourgeois palestiniens à disposer de leur propre État. Il n’est donc pas surprenant que sa combattivité ait disparu avec la création de l’Autorité palestinienne. Or, les besoins de la population travailleuse, des ouvriers et des paysans, n’ont pas été satisfaits dans les accords d’Oslo. Ils n’ont pas ouvert les frontières à ceux qui cherchaient du travail, ils n’ont pas supprimé les check-points et autres vexations permanentes de l’armée israélienne. Ils ont juste transformé toute la région en immense camp de réfugiés.
Il est logique dès lors que chaque jour la colère et la frustration de la jeunesse grandissent, ainsi que la haine vis-à-vis de l’oppresseur, y incluant indistinctement l’État hébreu et la population israélienne qu’il prétend représenter. C’est sur cette colère que le Hamas a prospéré. Dans le fond, il ne cherche rien de bien différent du Fatah : le pouvoir sur la population palestinienne. Pour avoir son soutien, il a besoin de maintenir son image de résistance, quitte à mener l’ensemble de la population dans une guerre.
Plus le sang coulera, plus les tendances ultranationalistes, intégristes, racistes accroîtront leur emprise de part et d’autre. Il n’y aura pas de paix tant que les peuples palestiniens et israéliens n’auront que les perspectives nationalistes que leurs proposent leurs États respectifs, avec la bénédiction des impérialistes qui ont intérêt à faire perdurer le conflit et les divisions entre les peuples.
La paix ne pourra venir que lorsque les populations de la région s’uniront contre leurs dirigeants respectifs qui non seulement ne les protègent pas mais les exploitent et les maintiennent dans la guerre. Pour cela elles auront comme adversaires les pays impérialistes et comme alliés les travailleuses et travailleurs de ces pays qui, comme eux, subissent le capitalisme et comme eux aspirent à vivre en paix.
Nationalisme et guerre sont les fruits pourris du capitalisme, c’est à lui qu’il faut faire la guerre.

A Hollywood, les acteurs flairent l’entourloupe

Depuis juillet, les plateaux de tournage d’Hollywood sont à l’arrêt. Les acteurs en grève, qui sont loin d’être tous des millionnaires, réclament une revalorisation de leurs salaires et une plus grande part des bénéfices. Ils s’opposent également à ce que les studios de produc-tion puissent utiliser l’intelligence artificielle pour co-pier leur voix et leur image sans leur accord et sans les rémunérer. Et ce ne sont pas les coups de pression des grands patrons de studios et plateformes comme Dis-ney, Netflix ou Paramount qui les feront plier. Cette semaine, leur syndicat a même claqué la porte des né-gociations.

Aux États-Unis, l’automobile reste en grève

Le mouvement de grève mené depuis maintenant plus d’un mois par les ouvriers automobiles aux USA s’est durci. Alors que les négociations piétinent, dès le mer-credi 11 octobre, c’était au tour des 8700 ouvriers de la Kentucky Truck Plan, la plus grande usine du groupe Ford, de se croiser les bras, portant à plus de 34.000 le nombre total de grévistes dans le secteur. Les grands constructeurs américains Ford, General Motors et Stel-lantis ont beau continuer à faire la sourde oreille, les travailleurs savent que la grève est le seul langage que les patrons comprennent !

Le financement des soins encore raboté

Le budget 2024 des soins de santé vient d’être approuvé par l’INAMI. Alors que les besoins sont criants dans tout le secteur, qu’il y a pénurie de personnel, que les délais pour se faire soigner sont énormes, que de plus en plus de gens renoncent à se faire soigner car ils n’en ont pas les moyens et que le remboursement est insuffisant, le gouvernement réduit encore le budget! Hypocritement, alors que seuls 100 millions d’euros d’économies sont annoncés, on trouve aussi, à y regarder de plus près, plus de 700 millions de « non-dépenses ». Mais ça ne change rien à ce que ça veut dire. Ce sont autant de gens malades qui ne seront pas soignés.

Ne nous laissons pas diviser

Ce 13 octobre, un enseignant a été assassiné à Arras, en France, et trois autres personnes blessées. Il n’a pas fallu longtemps avant que des politiciens surfent sur ce drame pour répandre leur poison contre les immigrés et les musulmans. Ici comme en France, ils voudraient faire de chaque « étranger » un suspect islamiste ou terroriste. Ce racisme, qui rend responsable des atten-tats tous ceux qui n’ont pas « la bonne tête », ne man-quera pas d’attiser la haine et de favoriser le recrute-ment des djihadistes. Mais surtout, il divise les travail-leurs entre eux et les affaiblit ! Ne tombons pas dans ce piège.

En Palestine comme ailleurs, le capitalisme engendre la guerre

L’attaque du Hamas, lancée dans la nuit du 7 octobre dernier est un épisode sanglant de plus qui a relancé la guerre en Palestine – une guerre qui n’a jamais vraiment cessé depuis 70 ans.
La réponse d’Israël a été du même ordre : des milliers de civils palestiniens ont déjà péri sous les bombardements aveugles de l’armée. Or, le massacre de Palestiniens innocents n’est pas plus acceptable que le meurtre d’Israéliens innocents. Le terrorisme d’État d’Israël n’est pas plus légitime que le terrorisme du Hamas. Ce sont les deux faces d’un même monstre, dont les deux populations sont les victimes.
C’est un cycle infernal mais ni l’État israélien, ni le Hamas ne veulent en sortir. Les faucons des deux bords se maintiennent depuis des années au pouvoir grâce à cette guerre larvée permanente. La montée en puissance du Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, a été la conséquence de la politique agressive d’Israël où les tendances jusqu’au-boutistes n’ont cessé de se renforcer depuis vingt ans. Le mouvement islamiste représentait la résistance contre l’occupant et il était auréolé du sacrifice de ses militants. Dès le début, dès même les années septante, les dirigeants israéliens voyaient d’un bon œil ce concurrent à l’OLP, qui était à l’époque leur ennemi principal. Et depuis, ils utilisent l’extrémisme du Hamas comme prétexte pour durcir leur politique et refuser toute concession pour la création d’un état palestinien.
Le gouvernement israélien et le Hamas sont tous deux opposés à la paix. C’est une des raisons pour laquelle nous disons qu’ils sont avant tout les ennemis de leurs propres peuples.
Mais ils ne sont eux-mêmes que les marionnettes consentantes des intérêts des grands pays impérialistes. La guerre en Palestine n’est pas une guerre de religions, ni une guerre pour des « valeurs » comme voudraient le faire croire les dirigeants européens et américains. Comme en Ukraine, où la question de la religion n’est évidemment pas posée, la guerre de Palestine est avant tout la conséquence des rivalités des grandes puissances capitalistes pour dominer le monde.
La concurrence capitaliste n’est pas limitée aux prix de production, c’est avant tout une lutte implacable pour contrôler des marchés sur lesquels écouler la production, et pour disposer de la main d’œuvre et des matières premières pour les produire.
Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, les États-Unis sont devenus la première puissance mondiale. Il y avait d’une part la « guerre froide » contre l’Union Soviétique, mais aussi la concurrence entre les alliés occidentaux pour contrôler le Moyen-Orient et ses ressources infinies en pétrole. Pour obtenir les faveurs des pays arabes, l’Angleterre freinait la création de l’État d’Israël, qu’elle avait pourtant soutenue avant-guerre. De leur côté, les États-Unis voyaient bien l’avantage qu’ils pouvaient tirer de la création d’un nouveau pays qui dépendrait d’eux pour sa survie, tant il serait isolé au milieu de nations hostiles.
Ils ont dès lors donné leur feu vert à la création d’Israël et fermé les yeux sur les déplacements massifs de la population palestinienne, chassée par la guerre, enfermée et massacrée dans des camps, utilisée comme main d’œuvre à bon marché. La création de l’autorité palestinienne en 1993 a transformé l’ensemble des territoires de Cisjordanie et de Gaza en prisons à ciel ouvert. Le reste des pays riches a fini par s’aligner sur la politique américaine et si certains pays européens se faisaient les porte-paroles du droit des Palestiniens à un État, c’était plus pour courtiser les pays arabes que par un quelconque sentiment de justice.
Le soutien indéfectible des USA et de l’Europe à Israël n’a rien d’un combat contre l’antisémitisme, comme ils le prétendent. Il s’agit pour eux de protéger leur allié et défenseur dans la région. La politique de vengeance aveugle de l’État israélien n’a pas fini de faire son lot de victimes. Elle ne fera qu’accroître encore plus la haine entre les peuples pour des dizaines d’années encore. C’est une politique injuste et catastrophique, pour les deux populations.
La guerre fait déjà rage en Ukraine, elle se ravive en Palestine. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle se propage ailleurs tant les tensions internationales sont aigues.
La seule chose qui puisse mettre un terme à cette folie, ce serait que les peuples s’unissent contre leurs oppresseurs et mettent un terme définitif au capitalisme, à la misère et aux guerres

Israéliens et Palestiniens dans le piège sanglant de l’impérialisme

Le Moyen-Orient est à l’image d’un monde soumis à la domination impérialiste de la bourgeoisie : un immense brasier. Après l’Irak et la Syrie, la guerre embrase de nouveau Israël et Gaza, menaçant toute la région d’une nouvelle conflagration.
Cette situation a été créée par les manœuvres des puissances impérialistes, au siècle dernier, où elles découpaient le monde en traçant les frontières garantissant leur hégémonie. Et le Moyen-Orient, riche en pétrole, était l’objet de toutes leurs convoitises.
C’est ainsi que les Palestiniens et les immigrants juifs se sont retrouvés au milieu d’un champ de bataille. Les premiers vivaient sous la domination britannique, déjà contestée par la puissance américaine. Quant aux seconds, ils arrivaient dans la région, fuyant les pogroms antisémites ou rescapés des camps d’extermination.
Il y avait de la place pour les deux peuples. Mais les prétendus protecteurs de la région n’ont rien fait pour favoriser cette coexistence. Ils ont, au contraire, joué un peuple contre l’autre, pour assurer leur influence.
En 1948, les États-Unis soutinrent la création d’Israël en tant qu’État juif. Les Palestiniens en furent chassés en masse, transformés en réfugiés à vie dans des camps surpeuplés ou en citoyens de seconde zone en Israël. Les Israéliens devinrent les gardiens de cette prison.
Les Palestiniens ont été spoliés de leurs terres, expulsés de leurs maisons et enfermés, notamment dans cette prison à ciel ouvert qu’est Gaza. Les deux millions de Gazaouis sont collectivement punis par un blocus qui leur impose des conditions de vie innommables, quand leurs immeubles ne sont pas bombardés par l’armée d’Israël. Cette politique a un nom : le terrorisme d’État.
Dans les deux camps, les politiques nationalistes ont contribué à porter au pouvoir les plus extrémistes. En Israël, Netanyahou gouverne désormais avec les ultranationalistes religieux et racistes. Son gouvernement a intensifié la colonisation de la Cisjordanie, aggravé les mesures d’apartheid et encouragé les milices d’extrême droite à terroriser les Palestiniens.
À cette terreur d’État, le Hamas a opposé une politique qui mène les Palestiniens dans l’impasse. Celle-ci ne témoigne pas seulement d’un mépris pour la vie des civils israéliens, mais aussi pour la vie de son propre peuple, les Palestiniens de Gaza, de nouveau soumis à l’enfer des bombardements. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas le choix car le pouvoir du Hamas s’exerce comme une dictature.
Si le Hamas a soudé nombre de Palestiniens derrière lui, c’est qu’il est le seul à offrir une issue à la révolte qui bouillonne dans la jeunesse palestinienne. Mais la politique du Hamas, comme celle de Netanyahou, ne fait que creuser un fossé de sang entre les deux peuples.
Ces 75 années de politiques nationalistes de part et d’autre, des plus modérées aux plus extrémistes, ont conduit à la situation terrifiante actuelle. Elles démontrent qu’un peuple qui en domine un autre ne peut vivre en sécurité, ni être un peuple libre.
Le drame, c’est que les pires nationalistes sont encouragés par le climat guerrier créé par la guerre en Ukraine et les discours belliqueux des dirigeants des grandes puissances. C’est vrai en Azerbaïdjan, au Haut-Karabakh ou au Kosovo, où s’affrontent Albanais et Serbes.
Contre cette évolution catastrophique, affirmons que des peuples différents, parlant des langues différentes et ayant des coutumes ou des religions différentes, peuvent parfaitement vivre côte à côte. Ils l’ont souvent fait au cours des siècles passés.
Pour y réussir, il faut combattre les dirigeants actuels de la société, et d’abord la bourgeoisie impérialiste qui dresse les peuples les uns contre les autres. Diviser pour régner est la base de sa politique de domination. Ne marchons pas !
Ni les peuples ni les travailleurs n’ont d’intérêt à ces divisions. Ils partagent tous la même aspiration à vivre en paix. Ils peuvent trouver un terrain d’entente dans le fait qu’ils partagent tous une vie de labeur, une vie d’exploitation. Nos dirigeants nous rassemblent dans l’exploitation, ne les laissons pas nous diviser !
Partout il y a, comme ici, des travailleurs en butte à leurs gouvernants. Assimiler le peuple palestinien à la politique du Hamas, ou identifier les Israéliens à la politique de Netanyahou et des colons est aussi stupide que ranger les Belges derrière De Croo ou Bouchez.
En Israël, des travailleurs palestiniens et israéliens travaillent souvent ensemble. Il faut qu’ils retrouvent la conscience de leurs intérêts communs. Seule cette fraternité de classe pourra créer l’élan susceptible de dépasser les haines accumulées au cours de décennies d’affrontements

Les profits polluent, les profits tuent

La norme « euro 7 », cette loi qui devait contraindre les producteurs automobiles à faire des investissements pour diminuer la pollution causée par les voitures fabriquées en Europe à partir de 2025, a finalement été vidée de sa substance sous la pression des industriels de l’automobile. Les conséquences de la pollution de l’air, ce sont pourtant des dizaines de milliers de morts par an, rien qu’en Europe.
C’est ça, le système capitaliste : privilégier la « compétitivité des entreprises », c’est à dire les profits d’une poignée d’actionnaires déjà millionnaires, au détriment de la santé de millions de travailleurs.