Turquie : après la catastrophe minière, la légitime révolte

Au moins 282 mineurs sont morts dans la mine de charbon de Soma. Les manifestations contre le gouvernement se multiplient. Erdogan, le Premier ministre, venu sur les lieux, a dû se réfugier dans une supérette pour échapper à la foule.
Jeudi, quatre syndicats appelaient à une grève nationale en soutien aux mineurs qui étaient, comme ils le dénoncent, «voués d’emblée à la mort » par des capitalistes soutenus par le gouvernement.
La mine avait été privatisée au profit de proches du parti AKP au pouvoir, qui se vantent d’avoir depuis divisé les coûts de production par plus de cinq. Et il y a deux semaines, l’AKP avait refusé une commission d’enquête sur la sécurité des mines du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.