Le patronat et ses larbins

Kubla, « faiseur d’affaires » pour Duferco, rémunéré 240 000 euros par an via un compte en suisse. De Decker, avocat grassement payé par Chodiev pour avoir fait passer au parlement une loi sur les transactions fiscales dont il a pu bénéficier. L’un est poursuivi par la justice, l’autre pas – ou pas encore. Joris, un ami de Di Rupo qui percevait des rémunérations comme membres des conseils d’administration de diverses société publiques ou privées à participations publiques (SNCB, FN Herstal,..) avait une société au Luxembourg pour conseiller aux riches comment éviter l’impôt.
De droite comme de gauche, les politiciens nagent dans les eaux troubles des affaires des riches, se nourrissent des miettes qui tombent de leurs tables en échanges de services divers et variés. Mais fondamentalement, le plus grand service pour lequel ces politiciens reçoivent des pourboires, c’est parce qu’ils défendent les intérêts politiques de la bourgeoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.