SNCB: une grève justifiée

Les 6 et 7 janvier, la grève des cheminots a été calomnié par la presse et par la ministre Gallant, les accusant d’être des fainéants qui ne travaille nt pas 36 heures par semaine. Or, les cheminots ont tellement presté d’heures supplémentaires et il manque tellement de personnel, qu’ils ne parviennent pas à prendre les 339 000 jours de récupération qui leur sont dus. Ces chiffres sont connus par la commission paritaire et donc de la ministre, qui est donc bien une énorme menteuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.