Feminicides, tuées parce qu’elles sont des femmes

En 2017, trente-huit femmes étaient assassinées simplement parce qu’elles étaient des femmes ; en 2018, elles sont déjà quatorze. Derniers meurtres en date : une femme et sa mère ont été poignardées et égorgées à Herstal.
En 2016, il y a eu environ 17300 plaintes pour violence conjugales et 1500 pour violences sexuelles rien que pour Bruxelles et la Wallonie. Quand on sait que les enquêtes montrent que seulement une femme sur six ose aller porter plainte à la police, le nombre de femmes violées explose : il y aurait 18 viols par jour. Aux niveaux belge et européen, c’est une femme sur trois qui dit avoir été victime de violences physiques ou sexuelles…
Encore un constat qui condamne pour toujours la société dans laquelle nous vivons. Pour les communistes, l’égalité de l’homme et de la femme n’est pas un droit, mais un fait. Si les femmes sont ainsi maltraitées, violentées, abusées, violées, c’est parce que nous vivons dans une société d’exploitation, une société qui repose sur l’injustice et sur l’inégalité. C’est en extirpant les racines de l’exploitation que nous supprimerons pour toujours la barbarie la plus ancienne que l’humanité a connue : la violence faite aux femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.