Chez Ryanair, la peur pourrait changer de camp

Il y a quelques semaines, un steward belge a été licencié par Ryanair. Ce que lui reproche son employeur est essentiellement ceci : militant syndical, il a osé parler à la presse lors de la grève du 25 juillet dernier. Le patron de Ryanair continue à essayer de faire taire les revendications de ses travailleurs en faisant régner la terreur. Pourtant, il semble que cette technique éculée marche de moins en moins. Ce vendredi 28 septembre, une nouvelle grève a eu lieu et des 250 vols ont dû être annulés. Même les cow-boys les plus prétentieux finissent un jour par tomber sur la tribu d’indiens qui lui fera la peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.