Le reflet d’une société pourrie

Jamal Khashoggi, ce journaliste Saoudien assassiné en Turquie par les services secrets de son pays n’est que le dernier et plus visible. Cinquante-trois autres ont subi le même sort, et pas seulement dans des dictatures lointaines : à Malte, en Bulgarie, en Slovaquie, en Russie, en Inde, aux États-Unis, partout dans le monde des journalistes ont été tués parce qu’ils dénonçaient la corruption ou l’injustice d’un régime politique. Et 90% de ces crimes restent impunis – y compris dans les pays qui se disent démocratiques.
Ce n’est évidemment que le sommet de l’iceberg : il n’y a pas de statistiques pour tous les obscurs militants politiques ou syndicaux, ou pour les simples travailleurs qui sont tués chaque jour pour les mêmes raisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.