AIP : la compétitivité qui a bon dos

L’accord interprofessionnel 2019 a finalement été signé – au moins en partie – par les trois principaux syndicats du pays. La FGTB a demandé un délai pour la partie concernant le relèvement du salaire minimum, et évoque une vague journée de mobilisation au mois de mai. 10 centimes d’augmentation par heure, c’est moins que des miettes, c’est du vent ! Mais rien ne changera si nous ne nous battons pas pour inverser le rapport de force. Nous n’avons pas à nous sentir tenus par cet accord, ni d’ailleurs par l’arrêté royal du gouvernement fixant l’augmentation salariale à 1,1% maximum. C’est ridiculement peu, et c’est inacceptable. On n’en veut pas de leur aumône. On veut que les salaires permettent de vivre décemment.
C’est notre travail qui crée la richesse, et celle-ci ne cesse d’augmenter. Alors qu’ils ne viennent pas nous baratiner avec leur compétitivité à la noix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.