Business as usual

Lorsqu’en mai, beaucoup d’entre nous ont refusé de bosser et de faire usage de leur droit de retrait, la direction nous a immédiatement pointés en absence illégale. On n’en attendait pas moins de sa part. 

Côté direction syndicale, c’était aussi ‘business as usual’. Les permanents ont fait passer nos revendications à la trappe et ils ont fait ‘oui-oui’ devant la direction. C’est tout juste s’ils n’ont pas proposé de faire eux-mêmes la chasse aux meneurs. C’est comme ça qu’ils appellent ceux qui ne restent pas dans le rang !  

Camarades, on ne le dira jamais assez. Quand on part à la bataille, il faut qu’on s’organise nous-mêmes, qu’on décide de manière démocratique par un vote quand on démarre et quand on s’arrête. Sinon, ça finit en eau de boudin et c’est bien dommage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.