Flexibilisons leurs profits

Depuis fin janvier, les patrons peuvent faire appel à des travailleurs en congé, des chômeurs, des prépensionnés, des étudiants pour remplacer les malades et renflouer les équipes. Après avoir flexibilisé les durées de quarantaine, ils en profitent pour flexibiliser les contrats de travail ! Mais, si c’est la galère quand il manque un ou deux collègues, c’est entièrement de leur faute ! Ce sont eux qui nous obligent à faire toujours plus avec toujours moins. Pour résoudre réellement le problème du manque de bras, ce sont de vraies embauches qu’il nous faut, avec de vrais salaires. Les patrons n’auront qu’à flexibiliser leurs profits !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.