L’industrie automobile triche

Il y a un an éclatait le scandale du « dieselgate ». Volkswagen avait équipé des millions de véhicules d’un logiciel frauduleux pour contourner les normes antipollution. Aujourd’hui, en Belgique, un dixième seulement des 300 000 véhicules concernés ont été rappelés. La Commission européenne prie le constructeur automobile de faire un effort. Mais ce n’est qu’une prière, elle ne veut exercer aucun pouvoir contraignant. Avec le recul, il s’avère que toute l’industrie automobile triche : Fiat en Italie, Renault-Nissan en France et au Japon, Opel en Allemagne, etc. Tous les États ont homologué les véhicules sans vérifier leur niveau de pollution réel sur route. Les capitalistes préfèrent polluer si cela augmente leurs profits, déduction faite des éventuelles amendes, et les dirigeants politiques sont complaisants. Les travailleurs doivent se donner les moyens de contrôler la production dans l’intérêt général de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.