Laissés pour morts

Le gouvernement a laissé mourir plus de 4000 personnes âgées résidant en maisons de repos. Pour éviter de donner l’image de services hospitaliers débordés par la crise comme ce fut le cas en Italie, il a empêché l’admission dans les hôpitaux des personnes âgées malades qu’il a considérés à l’avance comme condamnées. Les homes ont vécu des hécatombes, ne recevant aucun soutien du gouvernement. Parfois, c’est plus de 30% des résidents qui sont morts comme à l’hospice d’Harscamp à Namur…  A Huy, c’est 98% des résidents et du personnel qui ont été testés positifs au coronavirus. Cette gestion de la santé a été réfléchie et c’est volontairement que le gouvernement a laissé mourir les plus âgés. C’est un crime ! Dans une société aussi riche que la nôtre, il aurait été possible de limiter l’expansion du coronavirus et de produire le matériel nécessaire à la gestion de la crise afin de les protéger de ce fléau. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.