Les sans-papiers font partie de la classe ouvrière

Quatre cent septante sans-papiers ont entamé une grève de la faim depuis le 23 mai. Ils sont répartis en deux sites, l’église du béguinage, au centre-ville, et le campus de la VUB. Après plus d’un mois sans manger, beaucoup d’entre eux sont dans un état grave.

Venus de pays devenus invivables, ayant traversé les pires horreurs pour trouver un endroit où vivre et travailler en paix, ceux qu’on appelle les « migrants » servent ici de main-d’œuvre exploitable à merci par un patronat sans scrupule, dans la restauration ou le bâtiment. Outre des horaires à rallonge et des conditions de travail indignes, ils doivent rester aux aguets face à des contrôles qui peuvent avoir lieu à tout moment, dans une gare, une station de métro ou au coin d’une rue.

Ils n’ont aucun droit face à leurs patrons et sont confrontés à l’arbitraire total de l’administration en matière de papiers. Ils ne demandent aujourd’hui que des règles et des critères clairs pour obtenir un titre de séjour, mais en réalité il faudrait qu’ils soient tous régularisés, ainsi que tous les autres sans-papiers.

Il est inacceptable que des êtres humains en soient réduits à risquer leur santé voire leur vie pour une revendication aussi basique. Voilà qui en dit long sur la barbarie de notre société.

Face à eux, le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Sammy Mahdi, un CD&V, refuse catégoriquement de régulariser les sans-papiers en grève de la faim. Pour lui, ils sont tout simplement dans l’illégalité. Or, il refuse tout autant que les règles pour obtenir des papiers soient clarifiées, car cela leur donnerait un « droit » dont il ne veut pas entendre parler.

Mahdi reprend à son compte les pires arguments qu’on entend depuis des dizaines d’années à l’encontre des sans-papiers. Selon lui, si on régularisait ces quatre cent-là, il y en aurait des centaines de milliers d’autres qui se mettraient à faire des grèves de la faim pour obtenir des papiers ! Dégoulinant d’hypocrisie, Mahdi prétend s’inquiéter pour leur santé et que c’est pour leur bien qu’il refuse de négocier. Il faudrait d’abord que ce sinistre personnage explique ce qui peut bien pousser des gens à une telle extrémité. Contrairement à ce qu’il insinue, une grève de la faim n’est pas un « truc » pour avoir des papiers, c’est un acte grave, désespéré !

Tout ce que Mahdi a à dire aux grévistes de la faim c’est : « vous n’avez pas de papiers, taisez-vous, acceptez votre sort en silence, acceptez de devoir attendre des années avant de pouvoir, peut-être, vivre une vie normale et sinon, ce sera le renvoi dans votre pays. »

Mahdi agite la vieille rengaine de l’invasion par les migrants qui a été inventée par l’extrême-droite pour monter les travailleurs les uns contre les autres. Elle a été reprise depuis par les autres partis, qui trouvent bien pratique de faire porter la responsabilité du chômage ou du déficit de la Sécurité sociale sur les travailleurs d’origine étrangère plutôt que sur les licenciements décidés par des patrons bien de chez nous.

Quant aux autres politiciens qui, comme Nollet, proposent de convoquer des « conférences interministérielles », ils se moquent bien du sort des sans-papiers. Tous adhèrent, d’une manière ou d’une autre, à ce discours qui fait de l’immigration un problème.

« On ne peut pas accueillir toute la misère du monde » ? Mais ce sont les pays capitalistes qui ont semé la misère dans le monde entier, par la colonisation, par l’esclavage, par les guerres de conquête qu’ils ont menées pour prendre le contrôle de ressources minières ou pétrolières. Ils n’ont pas hésité à soutenir les pires dictatures, puis à les renverser quand cela les arrangeait, quitte à ce que cela mène à des années de guerre civile. Syrie, Irak, Afghanistan, Myanmar ne sont que les plus récents, la liste est infinie

Ce serait la moindre des choses que d’accorder des papiers à tous ceux qui fuient ces guerres et cette misère, car ils ont autant le droit que d’autres de vivre dignement de leur travail. Ceux-là mêmes qui ont créé cette misère veulent fermer la porte à leurs victimes.

Surtout, ce sont les mêmes qui exploitent les travailleurs ici ou là-bas, qui s’enrichissent de la misère des uns comme des autres. Ce sont les même capitalistes avides et les mêmes politiciens serviles qui demandent aux travailleurs, avec ou sans papiers, de se taire en attendant des jours meilleurs.

Les sans-papiers font partie de la classe ouvrière, ils se battent pour leurs droits. Il faut les soutenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.