Pas de bras, pas d’avion

Il n’y a pas assez de personnel chez Belgocontrol, l’entreprise qui gère le contrôle aérien belge. Les travailleurs sont pressurés, ils multiplient les heures sup’ et reportent toujours plus leurs congés. C’est le résultat de la politique de la direction qui, pour réaliser des économies, n’a pas effectué de recrutement pendant des années. Le gouvernement wallon, au lieu de prendre des mesures pour régler le problème, se décharge de la responsabilité en menaçant de rompre son contrat avec la société.
Puisque la direction ne bouge pas, les travailleurs de Charleroi ont décidé de restreindre les mouvements aériens et fermer de temps en temps la tour de contrôle. C’est un premier pas, il n’y a que la grève qui fera prendre de vraies mesures aux responsables de cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.