Les réactionnaires avancent sans masque

Alors qu’ une nouvelle vague de contagion au Covid se répand en Europe et dans le monde, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Berlin et Londres contre l’obligation du port du masque. Des tentatives similaires ont échoué lamentablementà Bruxelles. 

A lire les pancartes brandies dans ces manifestations, on y trouve de tout :  certains croient que le virus n’existe pas et que c’est une invention destinée à un obscur objectif secret ; d’autres qui prétendent que l’obligation du port du masque est une atteinte à leur liberté individuelle. S’y ajoutent ceux qui affirment que le virus aurait été fabriqué par les firmes pharmaceutiques pour pouvoir ensuite vendre des vaccins. On a même vu aux États-Unis des pancartes réclamant le droit d’attraper le virus.

Il peut sembler curieux que ces manifestations aient une telle ampleur alors que les mesures les plus strictes, comme le confinement, ont été levées depuis longtemps et qu’il ne reste en vigueur que les règles de distanciation sociale, l’obligation du port du masque et la quarantaine – et encore, uniquement pour les voyages en zones rouges. Les choses s’expliquent quand on voit qui sont les manifestants : essentiellement l’extrême droite, divers groupes adeptes des théories du complot et un mélange de classes moyennes, petits patrons et indépendants. Derrière leurs revendications de « liberté » et leur soi-disant révolte contre la « dictature » du masque, se cache mal une idéologie tout-à-fait réactionnaire et conformiste. Ce n’est pas un hasard si ces mouvances ont le soutien de gens comme Trump ou Bolsonaro, qui sont des ardents défenseurs du capitalisme et des ennemis acharnés des travailleurs.

Il est vrai que les gouvernements de la plupart des pays se sont largement discrédités par une gestion calamiteuse de la crise sanitaire. En mars, les masques étaient censés être inutiles, voire nuisibles, aujourd’hui ils sont devenus obligatoires. En Belgique, la taille de la « bulle » et les autres règles ont changé tellement souvent qu’on s’y perd. Mais l’incurie des politiciens de diminue pas pour autant l’utilité des masques.

Les experts scientifiques n’ont pas aidé à clarifier les choses. Les membres des différents comités et groupes contredisaient souvent dans la presse ce que le conseil national de sécurité avait décidé la veille. D’autres, tels le médiatique Professeur Raoult et son hydroxychloroquine, se font mousser en prétendant avoir découvert des traitements, qui s’avèrent après vérification tout aussi inefficaces que le dentifrice anti-Covid ou les produits de nettoyage que Trump conseillait d’avaler.

Le monde scientifique n’échappe pas à la logique économique du capitalisme. Les universités subissent l’austérité et sont en compétition pour les budgets. En leur sein, chercheurs et professeurs tirent la couverture à eux – au détriment, parfois, de la vérité scientifique. Ce n’est pas pour autant qu’il faut rejeter la méthode scientifique, rationnelle et logique, basée sur les faits. Elle n’a rien d’infaillible, mais c’est quand même elle qui a permis tous les progrès technologiques et médicaux dont nous profitons tous aujourd’hui, y compris les anti-masques et consorts !

Ceux qui, comme les manifestants de Berlin et ailleurs, réclament le droit de propager le virus à leur guise, ne sont pas seulement antiscientifiques et stupides. Ils sont dangereux, individualistes et réactionnaires. Avant même d’être des ennemis de la science, ils sont des ennemis des travailleurs.

Ce sont les couches populaires qui ont le plus souffert de l’épidémie. Pendant le confinement, des familles entières se sont entassées dans de petits appartements sans terrasse ni jardin. Elles ont subi le chômage économique, quand ce n’est pas le chômage tout court. Le virus a frappé plus fort le monde du travail : dans les supermarchés, les abattoirs, les hôpitaux, les usines, les centres logistiques, il a bien fallu travailler, avec ou sans masque. C’est là que le virus s’est propagé : les professions les moins qualifiées présentaient le taux de mortalité le plus élevé.

L’extrême-droite et les complotistes cherchent des boucs émissaires : les immigrés pour les uns, les Illuminatis ou les martiens pour les autres. Cela revient à dédouaner les capitalistes de leur responsabilité : si la crise sanitaire a frappé si fort, c’est à cause de la politique d’économie dans les hôpitaux ; si la crise économique frappe maintenant les travailleurs, c’est parce que les gouvernements protègent d’abord les profits.

La réponse à ces crises n’est certainement pas le chacun pour soi, elle est au contraire dans l’organisation collective de la société entière par les travailleurs eux-mêmes : organiser les services publics en fonction des besoins de la population, répartir le travail entre tous sans regarder aux profits, et prendre soin les uns des autres. Mais pour cela, il faudra des manifestations d’un autre genre et d’une autre ampleur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.