Non-accueil des réfugiés, politique délibérée

Il ne se passe pas une semaine sans que la politique d’accueil – ou plutôt de non-accueil – des réfugiés en Belgique ne fasse parler d’elle pour son incurie et son amateurisme. Et l’Etat belge n’est pas le seul à souffrir de ces maux. Aux Pays-Bas, 700 demandeurs d’asile sont contraints de dormir dans la rue et un bébé de trois mois est mort dans un centre surpeuplé ! Que des dizaines de candidats réfugiés se voient chaque jour privés de la moindre protection n’a rien d’une fatalité fortuite. C’est bien l’action délibérée d’un système avare et dégénéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.