Le capitalisme, c’est le chômage

L’ONEM vient de publier une étude sur le chômage. En 1971, il y avait 71118 chômeurs, soit 1,2% de la population active. En 2014, il y en a 630806, ce qui fait 8,7% des travailleurs. Les chiffres sont en réalité bien plus élevés encore, car depuis, il est de coutume, afin de les rendre moins effrayants, de ne pas compter les temps partiels ou encore les travailleurs exclus des allocations ou en formation. Depuis des dizaines d’années, les conditions d’existence des travailleurs, partout dans le monde, régressent. Car ce système, basé sur le profit, est irrationnel et anarchique. Les politiciens pleurnichent après la croissance. Mais elle n’a jamais existé que lorsque des pays occidentaux pillaient les colonies ou reconstruisaient les destructions des deux guerres mondiales. Et bien évidemment, au profit d’une petite minorité de grands bourgeois. Alors oui, le capitalisme porte en lui le chômage, la misère et la guerre. Rien d’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.